Comment ne plus envier la réussite des autres… et réussir soi-même !

Comment ne plus envier la réussite des autres… et réussir soi-même !
26
Nov

Vous voulez une vie qui soit au top dans tous les domaines : une vie professionnelle enrichissante, qui a du sens, dans laquelle votre valeur est reconnue et récompensée comme il se doit, une vie sociale et familiale épanouissante, dans laquelle vous connaissez plus de plaisir et d’amour que de contraintes et prises de tête, une vie personnelle énergisante, avec suffisamment de temps à vous consacrer pour recharger vos batteries et réaliser des projets qui vous tiennent à coeur.

Vous aimeriez toutes ces choses (qui voudrait vivre autrement ?), mais tout ne se déroule pas comme vous le souhaiteriez. Pourtant, vous savez que c’est possible : vous connaissez bien des exemples, dans votre entourage proche ou un peu plus éloigné, de personnes vivant la vie que vous aimeriez vivre ! Alors pourquoi pas vous ?

Vous vous demandez parfois si vous en demandez trop.
Vous vous demandez parfois ce qui ne va pas chez vous pour que vous ne parveniez pas à cette vie de rêve parfaitement équilibrée.
Vous vous demandez parfois ce que vous avez bien pu faire dans une vie antérieure pour ne pas l’avoir.
Pire : la frustration aidant, vous ressentez parfois de la jalousie envers les personnes que vous voyez réussir là où vous avez le sentiment d’échouer…

“Ce n’est pas juste ! Pourquoi arrive-t-elle à faire ça alors que je travaille deux fois plus dur ?” , “Quand je pense qu’elle est [insérez un gros défaut ici], et que moi je suis [insérez une grande qualité ici]… ça me dégoûte de voir que cela ne me mène nulle part ! Je devrais être plus [insérez le gros défaut précédent ici], tiens !”

STOP ! Il faut que ça cesse !

1. Méfiez-vous des apparences

Ce n’est pas parce que quelqu’un semble avoir tout ce que vous aimeriez avoir que c’est véritablement le cas. Peut-être que cette personne est elle aussi frustrée, ou épuisée, ou ne trouve pas l’épanouissement que l’on pourrait imaginer au travers de toutes ses réussites. Peut-être même qu’elle vous envie, vous (oui, VOUS !) parce que vous avez réussi quelque chose qui est pour vous complètement naturel, mais qui ne l’est pas pour elle.
Ne tirez donc pas de conclusions sur la base de ce que vous voyez. Il y a des tas de choses que vous ne voyez pas !

2. Ne doutez pas de vous

Non, vous n’avez rien fait de mal dans une vie antérieure. Ou peut-être que si, mais ce n’est pas lié ;)
Non, rien ne cloche chez vous. Vous n’êtes sans doute pas la perfection incarnée, mais vous êtes très bien comme ça.
Non, vous n’en demandez pas trop. Ce que vous voulez, vous le méritez !
Oui, vous avez le droit à une vie équilibrée, sans stress, qui a du sens. Et oui, vous pouvez tout à fait l’obtenir.

3. Prenez vos responsabilités

Ce n’est pas parce que vous ne vivez pas la vie que vous souhaiteriez que vous ne pouvez pas l’obtenir. Et je suis d’accord avec vous, tout ne dépend pas toujours que de vous. Toutefois, ce n’est pas parce que vous êtes très bien comme vous êtes que vous n’avez pas une part de responsabilité dans ce qui vous arrive. Oui, vous avez une part de responsabilité dans votre réussite !… et donc, dans votre difficulté à réussir également.

Soyez honnête envers vous-même et examinez ce qui n’a pas fonctionné : avez-vous mal évalué quelque chose ? avez-vous des croyances limitantes qui bloquent vos avancées ? avez-vous choisi d’accepter quelque chose qui vous a conduite là où vous en êtes ?
Examinez aussi ce qui a fonctionné. Lorsque vous avez réussi à accomplir des choses importantes pour vous, quel état d’esprit ou quels comportements vous ont facilité la tâche ? Que pourriez-vous reproduire aujourd’hui pour réussir d’autres choses ?

4. Portez des oeillères

Je vais vous dire un secret : l’une des grandes différences entre les personnes qui accomplissent leurs projets et les autres, c’est qu’elles ne perdent pas de temps à se comparer aux autres. Elles agissent.

Alors faites-vous une faveur : ne vous focalisez pas sur ce que les autres réussissent pendant que vous n’y arrivez pas. Portez des oeillères, concentrez-vous sur ce que vous pouvez faire pour atteindre votre objectif, et faites-le !

Votre témoignage m’intéresse !

Vous est-il déjà arrivé de ressentir de l’incompréhension, de l’injustice ou de la jalousie lorsque vous n’avez pas réussi quelque chose ? Comment êtes-vous parvenue à dépasser ces sentiments pour réussir ce que vous vouliez réussir ?

Partagez votre expérience dans les commentaires !

Photo : Francesco

Commentaires

  • 26 November 2013

    Je suis souvent confrontée aux situations décrites ci-dessus. Parfois, c’est exactement ce que je pense. C’est parfois difficile de ne pas se comparer, pas forcément par rapport à ses amis, mais aussi par rapport à ce que la société nous “impose”: une image de réussite parfaite.
    Je pense que les “oeillères” sont une bonne chose. J’ai souvent tendance à trop demander l’avis des gens, à rechercher les conseils comme pour me rassurer de mes choix…et je finis parfois par ne plus savoir ce que voulait au début. Demander des conseils et avoir des avis, c’est bien, mais point trop n’en faut. J’étudie l’hôtellerie-restauration et je dois réaliser chaque année des stages de 4 à 6 mois dans mon cursus. Je voulais faire le prochain stage dans une ville de ma région natale…mais selon ce que certains pensent: c’est trop petit, pas assez dynamique etc… oui mais ce qui compte ce sont aussi les missions et l’importance du travail que l’on me donne: je préfère un excellent stage dans une “petite” ville comme Nîmes qu’un stage photocopie à Paris. Non ? Merci pour cet article Joanne :)

    • 30 November 2013

      Mathilde, effectivement, la pression arrive de partout… La société, les amis, la famille (qui souvent reportent sur nous ce que la société cherche à imposer)… Parfois, il vaut mieux tout simplement écouter son intuition ! Qu’as-tu décidé de faire finalement pour ton stage ? :)

  • 26 November 2013

    Je suis musicienne classique professionnelle et mon rêve est d’avoir enfin un poste dans un orchestre avec un salaire régulier, de bonnes conditions de travail, un cadre qui m’aide à me développer, un statut reconnu. Ces postes ne sont accessibles que sur concours (prestation instrumentale) et les orchestres aujourd’hui ferment. Donc tout concours devient européen, voire international. Je n’en ai pas encore réussi un. Et le prochain qui se profile là où je vis est dans 6 ans. Vais-je réussir à rester compétitive d’ici là? Je suis donc “freelance” et vis de remplacements, de petits projets bien payés, parfois très beaux projets mais pas ou peu payés. Jusqu’à il y a peu de temps j’étais très envieuse de mon mari qui partait jouer le soir. (Il a un poste dans un orchestre d’opéra) Et puis à force de travailler sur moi-même, sur l’instant présent, sur les joies qui s’offraient à moi malgré tout, j’ai réussi à ne plus ressentir cela. J’ai du temps pour moi, surtout du temps avec mon fils de 3 ans et si un beau projet pas très payé mais tellement gratifiant s’offre à moi alors j’ai tout le temps dont je rêve pour m’y préparer. Je me dis que finalement la vie sait peut-être mieux que moi ce qui m’apportera le plus. Un poste serait la sécurité (et aussi je crois une bonne étiquette sociale) mais peut-être basculerais-je dans l’ennui, la routine. Alors que là ma passion pour la musique reste intacte et fraîche. Je peux être une mère disponible et une musicienne!! Merci pour cet article et au commentaire de Mathilde, très vrai!!

    • 30 November 2013

      Ingrid, merci pour avoir partagé ton expérience personnelle. C’est un très beau témoignage, qui je l’espère, inspirera d’autres personnes :) !

  • 27 November 2013

    ha cet article tombe à pic ^^ en fait c’est pile un de ces moments où j’aimerais être ci et ça dans ma vie pro et avoir plus de temps pour ma vie personnelle et ce qui me fait kiffer… Et je râle intérieurement de voir autour de moi des gens qui ne savent pas faire ci ou ça et qui font ce que je crois vouloir faire ^^ En fait ça m’énerve tellement qu’au bout d’un moment je me pose et j’agis et j’arrête de me comparer en jalousant parce que c’est une vraie perte de temps … par contre il est bien de se comparer à un idéal, non pas pour seulement l’atteindre mais pour s’inspirer et se motiver : c’est plus positif non ? Cel
    - Lucile a récemment publié Des boxes pour toutes vos envies déco, DIY et cute ^^My Profile

  • 27 November 2013

    J’avais pas fini… donc je reprends : Cela dit il faut faire attention à ne pas se comparer à trop gros ou trop inateignable… Mon soucis à moi c’est que professionnellement je veux être plusieurs personnes à la fois : la blogueuse art et déco, la spécialiste social media, la présidente de son asso, etc etc… donc difficile de tout faire bien quand à côté il y a aussi les amis, la famille, et soi-même…je repense à ton aide il y a maintenant qqs années ; je vais me refaire un petit planning avec des couleurs parce que “le personnel” est un peu zappé je crois…
    - Lucile a récemment publié Des boxes pour toutes vos envies déco, DIY et cute ^^My Profile

    • 30 November 2013

      Lucile, en voilà une excellente idée ce petit planning ;) C’est chouette d’avoir plein de casquettes professionnelles, mais c’est encore mieux de ne pas s’oublier au passage… Prendre soin de soi donne l’énergie nécessaire à la réussite !
      Je suis d’accord avec toi concernant l’idéal. Une petite dose de comparaison est bonne, pour identifier le nombre de pas nécessaires à l’atteindre. Ensuite, arriver à s’en détacher pour passer à l’action !

  • 27 November 2013

    J’ai décidé de faire une pause dans ma vie professionnelle après mon accouchement. Afin de prendre soin de mon petit boutchou et puis parce que je désirais me reconvertir professionnellement. Cela fait 4 mois que je passe des entretiens mais que je ne suis pas retenue au bout du compte. Cette situation commence à trop me peser, je me sens trop triste d’avoir pris la décision de garder mon fils et j’envie mes copines qui actuellement travaillent même si elles aussi souffrent à cause de leurs enfants.

    Pour me remonter le moral, il me suffit de jouer un peu avec mon fils, de le prendre dans mes bras, cela me permet de me ressourcer! Je te remercie pour ton article justement, bonne initiative pour me ressaisir!!

    • 30 November 2013

      Fadwa c’est super d’avoir trouvé ce qui te permet de te ressourcer. Finalement, comme ton exemple le montre, c’est lorsque l’on se concentre sur ce que l’on a déjà, et la chance que cela représente, que l’on retrouve la paix ! :)

  • 27 November 2013

    J’essaie d’être toujours dans l’optique où il y a une seule et unique personne que j’essaie toujours de dépasser : c’est moi-même. Toujours progresser car il y aura toujours quelqu’un qui fera telle ou telle chose mieux que moi. Avoir comme perspective de toujours s’améliorer, toujours se remettre en question, tout en restant soit même, c’est ça qui me permet de réellement progresser.
    Mais ça n’est pas toujours facile à mettre en pratique !
    - Clémentine a récemment publié [DIY] Calendrier de l’avent pour détectiveMy Profile

    • 30 November 2013

      Clémentine, j’adore la remise en question. Ne pas se reposer sur ses lauriers permet effectivement de progresser… Et bien sûr, toujours chercher à rester soi même !

  • 12 December 2013

    J’aime bien le 4e conseil
    - ApollineR a récemment publié Astuces de rangement & désencombrement à imprimerMy Profile

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CommentLuv badge
Remplissez le formulaire ci-dessous pour vous inscrire à la Newsletter afin de ne manquer aucun article et recevoir l'ebook gratuit 'L'art du désencombrement'. Garanti sans spam !